Du chromosome aux gonades

Rappels

On peut facilement reconnaître un homme d'une femme grâce aux attributs sexuels primaires et secondaires. L'attribut sexuel primaire est constitué de l'appareil génital, c'est à dire le pénis, les vésicules séminales, le canal déférent et les testicules chez l'homme et les ovaires, les trompes de fallopes, l'utérus, le vagin, le clitoris et les lèvres chez la femme.

organe-genitaux.jpg

Les attributs sexuels secondaires : sont ceux qui se développent lors de la puberté, ce sont essentiellement les seins, l'affinement de la taille et l'élargissement des hanches chez la femme, tandis que chez l'homme ils se caractérisent par une augmentation de la pilosité, le développement de la pomme d'Adam, l'élargissement des épaules et l'augmentation de la masse musculaire.

Chaque sexe est caractérisé par des chromosomes particuliers, XY chez l'homme et XX chez la femme.

 

Le développement des organes sexuels, une histoire de gènes

Lors du développement embryonnaire les gonades se forment à partir de la 5ème semaine. La différenciation entre l'homme et la femme n'intervient qu'à partir de la 8ème semaine. Cette différenciation est due à l'expression du gène SRY présent uniquement sur le chromosome Y chez l'homme. Différent tests chez les animaux et maladie chez l'Homme ont permis de mettre en évidence que ce gène est responsable de la différenciation sexuelle. En fait l'activation de SRY n'est que le début d'une cascade d'activation génétique qui va mettre en branle la formation des gonades.

Les mécanismes de la différenciation sexuelle. Source : Dr Perry Carter; Midlands technical college. Image de droite, cascade d'activations à partir des diverses données de la littérature.

Le rôle des hormones dans la différenciation sexuelle ont été mis en évidence par les expériences d'Alfred Jost. En faisant diverses expériences d'ablation des ovaires ou testicules chez le lapin, il a pu mettre en évidence, que la testostérone était fortement impliqué dans la différenciation masculine et que l'absence de testostérone favorisait l'apparition d'un phénotype féminin.

La cascade de gènes responsable du déterminisme sexuel va rapidement permettre la formation de cellules productrices d'hormones comme les cellules de Sertoli qui va produire l'AMH (hormone anti Müllérienne) et donc faire disparaître le canal de Müller. Les cellules de Leydig, formée très rapidement elles aussi, font produire de la testostérone, ce qui va favoriser le maintient du canal de Wolff (qui va donner le canal déférent, l'épididyme et les vésicules séminales) et la différenciation des gonades en testicules. En absence de testostérone, le canal de Müller va progressivement se différencier en oviducte, qui donnera par la suite, les trompes de fallopes, mais aussi l'utérus, les gonades se différencier en ovaire et le canal de Wolff va régresser.

 

L'acquisition de la capacité à se reproduire : la puberté

Si les caractères sexuels secondaires sont visibles dès la naissance, c'est lors de la puberté qu'apparaissent les caractères sexuels secondaires. La puberté, est le moment où un individu atteint l'âge de reproduction. Dès la fin de la puberté tout être humain est en âge de procréer. Mais que ce passe-t-il lors de la puberté? Dans un premier temps on observe une augmentation du volume des gonades dès l'âge de 10 ans et indépendamment du sexe. Cette augmentation du volume des gonades va provoquer l'augmentation plus ou moins rapide des hormones sexuelles, oestrogène chez la femme et testostérone chez l'homme. La production de ces hormones va induire la puberté et les changements qui y sont associés. La puberté est associée a un grand nombre de changements au niveau physiologique, mais aussi au niveau physique (c'est l'âge ou ont grandit le plus) mais aussi niveau physiologique. La testostérone à tendance à rendre plus agressif, on est plus dans le conflit, tandis que les oestrogènes vont plus jouer sur l'humeur qui peut devenir changeante. Ces phénomènes sont physiologiques et normaux, toutefois il faut aussi apprendre à vivre avec pour le respect de l'autre.

La mise en place du système de contrôle de production des gamètes et un système de régulation complexe que nous verrons plus loin.

4 votes. Moyenne 1.75 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 27/07/2012

×