La multiplication végétative

 

6.6/ la multiplication végétative

 On appelle multiplication végétative, le fait, pour une plante de pouvoir reformer une nouvelle plante sans reproduction sexuée. C'est à dire qu'il va être possible d'obtenir une nouvelle plante à partir d'une partie de la plante initiale. Le but de ce paragraphe est de présenter les différentes formes de la multiplication végétative pouvant exister chez les plantes.

 

Le tubercule : Certaines plantes, comme la pomme de terre, fabriquent des réserves d'énergie souterraines afin de pouvoir résister à l'hiver. Ces réserves sont fabriquées dans un organe spécialisé au niveau des racines qu'on appelle le tubercule. Il est possible de planter ces tubercules. Chaque tubercule va donner une plante (dite plante fille) identique à la plante d'origine (plante mère).

Tubercule

 

Le bulbe ou oignon : Certaines plantes, comme la tulipe ou la jacinthe, vont stocker l'énergie sous forme d'écailles charnues, pour pouvoir passer l'hiver et repartir au printemps. Ces bulbes, peuvent être replantés tous les ans, mais il s'agira toujours de la même plante que nous replantons d'une année sur l'autre.

Bulbe

 

Le rhizome : c'est une partie de la racine qui va grandir et se différencier pour donner une nouvelle plante. D'année en année, le réseau de racines s'agrandit et de nouvelles plantes vont apparaître. Les plantes à rhizome sont très envahissante, c'est par exemple le cas du bambou. La fougère utilise aussi ce mode de colonisation du milieu.

Rhizome

 Le stolon : une partie de la tige de la plante va pousser très loin. Elle va former de nouvelles racines et une nouvelle plante. L'exemple le plus courant de la colonisation par stolon est chez le fraisier.

Stolon

 

Ces méthodes de multiplication végétative sont totalement naturelles. Les jardiniers à travers le monde et les âges ont utilisés ces propriétés pour faciliter le développement des cultures. Dans la partie suivante nous allons parler des techniques développées par les jardiniers. Ces techniques sont souvent des dérivées de l'observation des propriétés naturelles des plantes.

Le bouturage : le principe est de prendre une branche ou une racine d'une plante et de la placer dans de l'eau ou de la terre afin de reconstituer une nouvelle plante. C'est une technique dérivée  du rhizome si on utilise des racines ou du stolon si on utilise une branche.

Le marcottage : Le principe est d'attacher une branche basse dans le sol, afin qu'un nouveau réseau de racines se développe et qu'on puisse obtenir une nouvelle plante complète. Cette technique permet de "fabriquer" un stolon artificiel.

La greffe : utilisée essentiellement dans les arbres fruitiers elle permet, en combinant 2 plantes différentes, d'obtenir un arbre avec des critères particuliers utiles à l'Homme.

chapitre précédent :

les plantes sans fleurs

chapitre suivant

8 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 04/04/2015

×