Circulation sanguine

Ch 7 Le cœur

7-1 / Rappels

Le coeur distribue le sang dans tout l'organisme et il s'accélère lorsqu'on fait un effort. On dit régulièrement que le cœur est une pompe. Dans ce chapitre nous verrons l'anatomie et le fonctionnement du cœur. Nous savons que le cœur reçoit du sang et en envoie, mais comment ça marche? Le cœur possède plusieurs cavités, mais à quoi elles servent?

 

7-2 / Un peu d'histoire

Comment, au cours du temps les chercheurs ont découvert et décrit le fonctionnement du cœur.

 

Egypte antique (1500 avant JC), le papyrus Ebers :

"l’air entre par le nez, pénètre dans le cœur et les poumons et c’est eux qui le distribuent à tout le corps". La prise de pouls est courante et le cœur est décrit comme le centre des vaisseaux. Le cœur Hatyb est associé à l’âme Ib.

 

Grèce antique :

Hippocrate (460-377 avant JC) décrit correctement l'anatomie du cœur mais la conception physiologique est farfelue : les oreillettes attirent l’air, le ventricule droit chasse le sang dans l’artère pulmonaire pour nourrir le poumon, le ventricule gauche ne contient que de l’air.

Platon (426-347 avant JC) l'air (pneuma) pénètre dans les poumons, rafraîchit le sang qui arrive dans le cœur et est transporté au corps entier.

Aristote (384-322 avant JC) affirme : "le sang traduit son agitation par le pouls. Ainsi toutes les veines battent en même temps pour cette raison qu’elles dépendent toutes du cœur. Celui-ci étant toujours en mouvement, celles-là sont toujours avec lui et en même temps que lui. "

Hérophile (340-300 avant JC) distingue pour la première fois les veines et les artères et découvre l’artère pulmonaire"veine artérieuse "

 

Rome antique :

Gallien (131-211) pensait que le sang était produit dans le foie et transporté au cœur. Il existe des pores inter ventriculaires qui permettent au sang (venant du foie) de passer dans le ventricule gauche, et au pneuma (provenant des poumons par la veine pulmonaire). Gallien croyait qu’un processus de fermentation chauffait le corps et instillait un mouvement au sang qui transportait celui-ci à travers les organes. Il affirmait que : Les veines et les artères renferment du sang différent, non seulement par la structure spéciale à chaque vaisseau, mais encore par la quantité d’air qui est mêlée au sang. 
 le pouls est le résultat de la contraction du cœur perceptible dans les artères seulement 
 Le cœur est constitué de deux ventricules et les oreillettes ne sont que des régions spécialisées des vaisseaux sanguins.

 

Monde Arabe :

Ibn an Nafis (1210-1288) médecin au Caire, en Egypte, affirme qu’il n’y a pas de passage entre les deux ventricules. "Le passage du sang se fait dans les poumons après que le sang a été chauffé et est remonté du ventricule droit". La description de la petite circulation est faite, mais malheureusement, cette théorie tombe dans l’oubli.

 

Renaissance :

Leonard de Vinci (1452-1519), dessina parfaitement les coronaires, les sigmoïdes aortiques et les sinus aortiques (ce sont les noms des vaisseaux sanguins autour du cœur), mais l’absence d’appellation et de nomenclature ne permet pas d’en faire un anatomiste. Les dessins sont corrects mais les légendes sont absentes de ses dessins.

Jacques Dubois, dit Sylvius (1478-1555), docteur de Montpellier, professeur libre à Paris. Il fut l’un des premiers à avoir épuré le langage médiéval de sa terminologie arabe. On lui doit un grand nombre de noms de vaisseaux et de muscles et son nom reste associé à l’artère cérébrale moyenne ‘’la Sylvienne’’.

 

XVIème siècle :

André Césalpin en Italie en 1519 reconnaît, le premier, le circuit du sang. Jusqu’alors, le mouvement sanguin était imaginé comme un flux et un reflux. Il est le premier à employer le mot CIRCULATION.

Michel Servet (1516-1559) "Le sang subtil, venu du ventricule droit est brassé, et avec un art consommé, à la faveur d’un long trajet dans le poumon. Il y est transformé en un sang rouge jaunâtre et transvasé de la veine artérieuse à l’artère veineuse. Puis dans cette artère veineuse, il est mélangé à l’air inspiré et repurgé par l’aspiration de ses fuliginosités. Enfin le mélange tout entier, désormais convenable, est attiré par la diastole dans le ventricule". Il fut brûlé avec son livre pour hérésie quelques mois plus tard. Sa théorie resta confidentielle.

Colombo (1516-1559), professeur à l’Université de Padoue diffusa le premier la notion de petite circulation (la circulation entre le cœur et les poumons).

 

egyptien.jpg

 

grece-antique.jpg

 

 

 

rome-antique.jpg

 

 

monde-arabe.jpg

 

renaissance.jpg

 

 

 

 

recapitulatif.jpg

William Harvey (1578-1657) étudie à Cambridge et à Padoue, il publie en 1628 dans son ouvrage (Etude anatomique du mouvement du cœur et du sang chez les animaux) : "Partout où il y a du sang, toujours aussi sa marche demeure la même, soit dans les veines, soit dans les artères. Des artérioles le fluide passe dans les veinules du parenchyme, et la force du cœur suffit pour opérer cette transition." Harvey démontre également que les valvules des veines ont pour but de faciliter le retour du sang vers le cœur. Sa théorie sera une véritable révolution avec des adversaires farouches. Louis XIV l’imposera par l’intermédiaire de son chirurgien DIONIS.

 

7-3 La circulation sanguine

Comme vu précédemment il a fallut attendre le XVIIème siècle pour que ce généralise l'idée de la circulation sanguine. Avant on considérait que le sang était fabriqué en continu et consommé par les organes. Harvey prouvera que ceci n'est pas possible (voir plus haut). Le sang circule donc dans les vaisseaux sanguins qui forment un circuit tout autour du corps. Chaque vaisseau porte un nom. On regroupe les vaisseaux sanguins dans 3 grandes familles :

Les artères (ou artériole, si la taille est petite) : transportent le sang du cœur aux organes. Elles sont reconnaissables au fait qu'elles sont toujours ouvertes (on voit toujours l'intérieur) sur des lames micorscopiques. (Les experts reconnaitrons une couche de cellules musculaires autour de toutes les artères)

Les veines (ou veinules, si la taille est petite) : transportent le sang du cœur aux organes. Contrairement à ce que beaucoup pense, les veines ne sont pas plus petites que les artères, elles se distinguent de celles ci par l'anatomie précise (que vous apprendrez plus tard, mais qu'on peut résumer par l'absence de muscle autour de la veine). Sur les lames microscopiques les veines sont souvent fermées (on dit collapsées, c'est à dire qu'on voit rarement l'intérieur de l'artère.

Les capillaires : Ce sont les plus petits des vaisseaux sanguins. Ils sont présent dans tous les organes. On les reconnait à leur taille, les globules rouges se suivent un par un à l'intérieur.  Ils permettent les échangent entre le sang et les organes, ce sont dans ces vaisseaux que le dioxygène va pénétrer ou sortir du sang ainsi que les nutriments, l'eau et les déchets.

Comme nous l'avons vu lors du chapitre sur la respiration et la consommation d'énergie par le muscle nous avons appris qu'il y avait un code couleur. Lorsqu'il y a beaucoup de dioxygène dissous dans le sang on utilise la couleur rouge et lorsqu'il y a peu de dioxygène dissous (ou beaucoup de dioxyde de carbone) on utilise la couleur bleue. Attention, la couleur utilisée sur un schéma ne permet pas de dire si il s'agit d'une artère ou d'une veine, puisque la couleur n'est utile que pour la quantité de dioxygène dissous.

 

Ci contre le schéma de la circulation sanguine avec les noms des principales parties du coeur.

Ci dessous un film expliquant la circulation du sang dans le coeur et résumant l'ensemble du cours sur la circulation sanguine.

 

Pour finir un épisode du dessin animé il était une fois la vie, pour apprendre de façon plus ludique.

5 votes. Moyenne 3.60 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 04/04/2015